Guide d’achat vélo de montagne

Avec une offre de sentiers qui ne cesse de se bonifier, le vélo de montagne est devenu un sport aussi passionnant qu’accessible. Pour en profiter au maximum, il importe de bien choisir sa destination mais aussi le bon type de vélo. Il existe autant de modèles sur le marché qu’il y a de profils d’acheteurs. Ce sont votre niveau d’expérience et le type de terrain que vous affectionnez qui dicteront le type de vélo dont vous avez besoin.

Votre type de pratique

Ce qui fait du vélo de montagne un sport si passionnant, c’est qu’il permette une progression constante. Quelle joie de vaincre un obstacle qui paraissait jusque-là infranchissable!  À force de pratiquer, en imitant vos compagnons de sorties ou en suivant une formation auprès d’un instructeur qualifié, vos habiletés se développeront, vous gagnerez en confiance et de nouveaux horizons s’ouvriront. Il importe cependant de ne pas brûler les étapes et de vous équiper d’un modèle adapté à vos habiletés actuelles et à venir.

Le débutant qui en est à ses premières armes en sentiers

La personne qui débute optera logiquement pour des sentiers peu accidentés, classés « faciles » et identifiés par un rond vert. Une fois à l’aise sur ces pistes larges, elle pourra se diriger vers des sentiers dits « intermédiaires », marqués d’un carré bleu, qui présentent un peu plus de difficultés mais restent sécuritaires. Pour se familiariser avec ces sentiers accessibles, un cadre rigide et une suspension à l’avant suffisent. Pas besoin non plus d’une tige de selle télescopique pour s’amuser sur ce type de terrain.

Un vélo à cadre rigide d’entrée de gamme comme le SMH2 de Spherik est bien indiqué pour s’initier au sport à un prix abordable. Il procurera aux pilotes débutants une position stable, gage de confort, de stabilité et de contrôle, afin d’apprivoiser ce sport en douceur.

Monté autour du même cadre, mais avec des composants plus légers et plus robustes, le SMH4 est une alternative intéressante pour le débutant qui exige un peu plus.

L’enfant qui fait ses premiers tours de roue en sentiers appréciera son expérience s’il est bien équipé. Il lui faut un vélo bien adapté à sa taille actuelle (pas celle qu’il aura dans deux ans!) et doté d’accessoires adaptés à ses membres courts et peu puissants. Son premier vélo sera un modèle équipé de roues de 20 po, comme le Spherik SMK20, qui avec ses pneus larges, sa suspension avant et ses composants bien adaptés, lui procurera toute la confiance nécessaire en sentiers.

Dès qu’il sera un peu plus grand, le jeune pourra passer à un vélo équipé de roues de 24 pouces comme le Spherik SMK24, mieux adapté à son poids et à ses habiletés en progression.

Le cycliste débutant qui désire l’assistance électrique

L’assistance électrique permet de se mesurer aux sentiers avec plus de facilité, si pentus soient-ils. Peu concernés par le poids de leur monture, les débutants apprécieront leurs balades sur des pistes faciles au volant d’un vélo à suspension avant doté d’une motorisation et d’une batterie efficaces. Le Spherik SEMH tire bien son épingle du jeu dans ce contexte. Son cadre en alliage rigide et sa motorisation Shimano Step ouvrent la voie à des sorties prolongées, sans effort et en toute confiance.

Le cycliste qui recherche la polyvalence

Dès qu’il acquiert assez d’expérience pour apprécier les sentiers plus accidentés, le cycliste sérieux doit se munir d’une meilleure machine, d’un cadre à double suspension robuste et d’une tige de selle télescopique, afin de franchir des seuils de plus en plus escarpés. Un vélo dit de Trail, tel que le Spherik SMT, s’impose alors. Avec son cadre de carbone, le SMT s’avère très polyvalent. Le débattement raisonnable de ses suspensions avant et arrière lui procure une traction supérieure en montée, un meilleur contrôle en descente, tout en absorbant les obstacles en terrain technique.

Le cycliste qui aime descendre

Au fur et à mesure qu’ils améliorent leurs compétences, de nombreux cyclistes développent une préférence pour les descentes et les sauts. Ces disciples de la gravité n’ont pas froid aux yeux et il leur faut un cadre très robuste, capable de supporter les secousses et les cassures d’un sentier à double diamant ou d’une ligne “pro”. Et parce qu’il faut toujours se rendre au sommet de la montagne avant de la dévaler, il leur faut aussi une plateforme qui permette de grimper sans trop de perte d’énergie. Le vélo dit d’Enduro, comme le Spherik SME, offre la robustesse et le débattement nécessaires pour supporter tous les abus. Sa géométrie s’avère redoutable en descente et d’une efficacité surprenante en montée.

Le cycliste en quête de performance

Certains cyclistes aiment aussi bien monter que descendre et privilégient les sentiers de cross-country, tracés en terrain vallonné, où les montées alternent avec les descentes. Le vélo de Cross-Country, avec ses angles agressifs et sa suspension minimale, convient parfaitement à cette pratique. Toutefois, le niveau de difficulté des sentiers étant de plus en plus élevé, une mise à jour s’imposait et les géométries ont été modifiées, avec un angle de fourche plus ouvert et un débattement un peu plus généreux, si bien que ce segment s’appelle maintenant Down Country. À noter dans ce créneau, le Spherik SMCL, qui, avec son cadre de carbone très léger et ses composants bien choisis, est prêt pour la compétition ou le simple plaisir de grimper et d’aller très vite en sentiers.

Le cycliste expérimenté à la recherche d’un vélo assisté qui se comporte comme un vélo régulier

Les vélos à assistance électrique qui ont envahi le marché sont souvent de véritables mastodontes, dotés de batteries et de moteurs puissants mais très lourds. Leur masse en mouvement très importante les rendent difficiles à manœuvrer, à freiner et à déplacer en général. Heureusement, les générations plus récentes offrent une alternative à cette situation. En effet, une tendance se dessine vers des vélos dotés de moteurs et de batteries un peu moins puissants, qui fournissent une assistance modérée, afin de maintenir un poids se rapprochant de celui d’un vélo « musculaire ».

Ce nouveau segment des vélos électriques super légers se conjugue chez Spherik avec trois modèles, bâtis autour du même moteur, de la même batterie et de la même plateforme de suspension, à peu de détails près. Le E-SMT est un vélo de Trail à débattement court, et son poids débute à 36.8 lb / 16.7 kg. Le E-SMA, pour un usage All-Mountain, offre un débattement moyen et pèse à peine un kilo de plus. Le E-SME, de son côté, débute à 40.3 lb / 18.3 kg et est destiné à l’Enduro, avec des suspensions plus généreuses.

La réduction de la masse totale se traduit par des sensations incroyables. Aux commandes d’un vélo électrique super léger, on a l’impression de piloter un vélo régulier, tout en jouissant d’une puissance de pédalage supérieure, délivrée en douceur. Les sauts, le freinage et les relances se font sans effort, de façon très naturelle. En dépit de son coût d’achat plus élevé, tous les initiés s’accordent pour dire que ce type de machine représente le futur du vélo assisté.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *